Relation sexuelles avec mon cousin

Fotolia_256497_XSBonjour à tous, J'ai pu lire beaucoup de témoignages sur ce site et ça ma donner envie de livrer le mien. J'ai pu remarquer que pas mal de personnes ont été durment traumatisées par leur expériences. Moi pour ma part j'ai du mal à évaluer l'impacte dans ma vie de ce que j'ai subis. En effet, je ne me sens pas mal dans ma peau mais je ne me sens pas normal non plus. Je vais vous raconter mon histoire avant d'aller plus loin dans les conséquences.

Voila, moi je suis un homme et comme beaucoup de garçon j'ai fait vers 12, 13ans la découverte de mon corps et de ma sexualité. C'est vers cet âge que chez les garçon les hormone s'activent et qe le corp change, c'est à cet âge que j'ai commencer à me masturber pour la première fois. C'était également le cas pour les autres garçons de mon âge et il nous est arriver de nous masturber en même temps chez un pote, alors que ses parent n'étaient pas là, devant un film porno.

Un jour, en vacance moi et mes parents somment aller dans le Sud rendre visite à mes cousin pour le bapteme du dernier né de mes cousin. Toute la famille était présente et il n'y avait pas assez de place pour tous dormir dans la maison. Alors les parents ont décider d'instaler des tentes et d'y faire dormir les enfants. Moi je devait dormir avec mon cousin de 2 ans mon aîné. J'étais très content de cette sécision car j'avais 12 ans et je penser faire des connerie du stile voler des cigarettes à mon oncle et les fumer avec mon cousin. A l'heure de se coucher dans les tentes moi et mon cousin avons décider de nous masturber. Après tout lui aussi était dans l'âge ou on découvre son corps. Puis il m'a demander de le masturber et j'ai accepte. Ensuite il est allé plus loin et m'a demander de lui faire une felation et j'ai de nouveau accepeter. Ensuite, à son tour il m'en a fait une. Pour moi ce n'était pas la première fois j'avais déja eu l'occasion de faire ça avec mes deux amis les plus proche. Il faut savoir qu'à cet âge on est curieux de sa sexualité et il parait que je suis loin d'être le seul à avoir eu se genre d'expérience avec ses amis.J'ai entendu d'autre témoignage similaire et je ne vis pas mal du tout ces expérences.

Là où sa a dérapé, c'est quand mon cousin est allé encore plus loin et m'a demander si il pouvait me sodomiser. J'ai refusé mais il a insisté et encore insister en me disant des choses du stile je vais pas te faire mal, si t'a mal on arrçete ...ect. J'ai fini par céder et il est passé à l'act. Par la suite les quelque fois dans l'année où nous nous somme revu il a recommencer.

Le pire c'est que j'ai eu du plaisir. Il paraît que chez l'homme la proste c'est le point G (point qui provoque l'orgasme). En tout cas c'est les seul fois ou l'acte sexuel était si intense.

Mais après ses experiences j'ai fini par me demander si je n'était pas homo. En plus cette expérience est tombé pendant mon adolescence, une période où l'on se construit, où l'on s'intéronge et c'est également une période d'instabilité. Aujourd'hui je suis encore jeune (j'ai 23 ans) mais je suis finalement sure de ne pas être homo. C'est vrais que j'ai éprouvé du plaisir mais je ne me sens pas attiré par les hommes.

Maintenant pour parler des conséquences je ne sait pas vraiment quel impacte a eu cette expérience sur moi mais une chose est sure je ne me sens pas normal. J'ai par exemple une sexualité débordante et faire l'amour à ma copine parfois ne me sufit pas puisque qu'il m'est déjà arrivé de me masturber quellques heures après avoir fait l'amour à ma copine. En fait, il faut que j'ai un orgasme tous les jours voir plusieur fois par jour soit en faisant l'amour soit en me masturbant.Au niveau de mes relations avec les femmes je ne cherche pas absolument des histoires serieuses, je veux dire que pour moi une copine qui accepte de sortir avec moi juste pour une relation charnelle ça ne me dérange pas. Par contre, avec le petit nombre de filles des quelles j'aitais vraiment amoureux souvent après l'amour je me sentais géné, voir j'avais un peu honte mais j'ai toujours su passer au de là de ce sentiment. En tous cas, je n'ai jamais dit à personne se que j'ai vécu et je ne le dirais jamais. Il est plus facil pour moi d'en parler à anonymement à des personnes que je ne connait pas.

Comme beaucoup de personnes qui ont témoigné sur ce site je vois un psy mais c'est en raport à mes problème d'addiction aux drogues que je consulte. D'ailleur ça me fait chier de voir un psy j'ai pas l'impression d'en avoir besoin même si lui dit que même si on est pas triste ou qu'on se sent pas mal, ça veut pas dire que tout va bien et qu'il n'y à pas de problèmes. En fait, la seul période ou je n'avait plus beaucoup de libido c'était quand je prenait de l'hero. Depuis que je suis en traitement de substitution elle est revenue comme avant. Moi j'étais bien avec la drogue, j'ai pas trop envie d'arrêter mais je peut pas suivre financièrement et avec la came on fait pas grand chose de la journée et de sa vie or moi je voudrais au moin avoir un travai. Je sais pas si vous comprenez la difficulté de la situation: j'ai pas du tout mais alors pa du tout envie d'arrêter de me défoncer, je me sens bien et en paix comme ça, mais de l'autre côté c'est pas une vie que je peut choisir si j'ai pas envie de finir sans avenir. Je sais pas si mon problème de drogue et le reste vient de se que j'ai vécu mais je n'est aucune raison apparente de me défoncer comme je le fait. J'ai des parent qui sont vraiment extraordinaire et qui me soutiennent, j'ai peu d'amis mais se sont de vrais amis et il n'y a eu aucun drame autour de moi. Je sais pas si l'expérience que j'ai vécu m'a beaucoup marqué et est responsable de mes problèmes d'addictions. J'en ai pas parler non plus à mon psy de se qui c'est passé et je ne lui dirais pas, je pourais pas, en fait je ne peut le dire à personne et personne ne doit savoir. En tous cas mon psy part plus tôt sur la piste du manque de sens que je donne à ma vie et de ma peur de l'avenir et du fait que la mort  me terrorise.

Ps: on m'a déjà dit que la peur de la mort est stupide mais je pense qu'on a tous peur de la mort face à elle et qu'une peur ne se choisi pas: il n'y a pas une peur plus stupide qu'une autre. Si vous êtes arrivé jusque là felicitation pour avoir lu le roman que j'ai pondu. A+

Commentaires   

-1 #7 saxoboum 02-08-2014 04:39
12-13 ans c'est l'âge où les parents doivent veiller à leurs enfants pour éviter
d'avoir ce genre d'accident.
Après tout rentre dans l'ordre d'un équilibre normal :-)
Citer
-1 #6 chaton92 07-01-2012 14:40
Bonjours, t' aurai un e-mail pour te parler en privé?
Citer
-5 #5 priscillia 30-12-2011 19:08
Salut,

Ton message me fait du bien, car je suis avec mon amis depuis plus 10 ans.
Au debut de notre relation, je n'avait biensur pas vu cette addiction.
Par contre ses cousins et lui on toujours etait trés proche genre ( se sauter dessus, se touché le sexe ect.......)
Tout en restant selon eux non deplacer, je t'avous que moi je n'avais jamais connu ceci dans ma famille.
Et de plus j'ai compris que mon amis avec du temps que le sexe etait une obligation chaque jours, et avait les meme attitude que toi .
Il y a 2 jours sont cousin nous as rendu visite pendant 2 jours, le premier soir, ils ont un peu bu et jouer a mario kart.
Sachant que pendant c'est 2 jours, je travailler et mon amis lui ne travailler pas.
Le 2eme soir je me suis endormi et les 2 garçon etait dans le salon, je me suis lever une permiere fois pour leur demander de baisser le son de la tv .
Sans probleme le son baisse a ce moment mon amis avait les cheveux tout defait.
Je me suis recoucher et j'ai entendu les garçon rire, comme nous les filles on aime savoir si on parle de nous, je me suis donc levé et ecouté au mur.
J'ai entendu des choses que je n'aurais jamais voulu entendre, des pantalon se baisser, des"doucement", des "ça me fait bizarre", des genoux qui cogne sur le carlage, des claquements.
Aprés avoir entendu tous ça je t'avous que j'ai vraiment faillit crever.
J'ai etait loin d'imaginer tous ça, quand j'en ai parler a mon amis celui-ci ma dit que j'était folle et que rien de tous ça n'est arrivé.
Je pense que ou bout de 10 ans j'ai le droit de savoir au lieu de me faire passer pour nue folle
qu'en penser vous?
Citer
+4 #4 Hyden 05-10-2011 16:09
Salut,
J'ai tout lu, suis tombée par hasard, même si le hasard n'existe pas à mon avis...
Tu es quelqu'un de courageux je trouve, mais la drogue nous donne souvent l'impression d'être mieux dans nos tetes nos vies, et un jour on arrête et on a limpression que l'on était mieux avant sous drogues quoi...j'ai longtemps été dans le cas, pour tout te dire après plusieurs tentatives pour arrêter je sais que c'est bien mieux davoir lesprit le plus clair possible.
Concernant ce qui c'est passé petit...je pense, et c'est encore mon simple avis, que la suite de ta vie n'a plus été la même et que si ça avait été différent avant, tu aurais été dans une autre "vibe" jdi pa BIEN SUR que ta vie aurait été meilleure ou sans soucis LOIN DE LA car personne ne nous a dit que la vie était facile, PERSONNE NE PEUX meme les plus riches ou les plus intelligents ont des choz kils doivent combattre.
Je te souhaite de trouver le juste milieu ou l'équilibre parfait, la source qui te donnera la force dont tu auras besoin pour le reste de ta vie.
LA MORT est une transition pour ceux, comme moi*, qui crois en Dieu.
LA MORT est une triste fin pour d'autre.

TOI où te place-tu ?
Réfléchi à ton avenir, à ce que tu veux faire de ton souffle, de ton corps parce que MAINTENANT tu es un adulte et personne ne peux ni te forcer, ni te retourner le cerveau sans que tu n'ai le choix.

Je crois que tu iras de mieux en mieux. je crois que tout va bien se passer pour toi et que tu prendras LA MEILLEURE DES DECISIONS concernant TA santé TA volonté TA capacité , le reste de TON existence.
Il faut juste choisir et essayer de comprendre ce qui se pass autour de toi dans ce PRESENT, car le passé est le passé et ne peut etre changé.....MAIS TON PRESENT ET TON AVENIR veulent de toi, veulent que tu te batte pour acquérir ta paix intérieure NATURELLE(sans drogue) ON LA TOUS, il faut juste chercher.....et tu trouveras.....p uis tu décideras....ET TU SERAS FIDELE A TA NOUVELLE VISION CAR ELLE TAPPORTERA TOUS SE DONT TU AS MANQUé JUSQUA PRESENT.

COURAGE !!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!
Citer
-3 #3 Priscille 22-12-2010 12:22
Cher Jeune homme
Votre histoire me touche et m'attriste. Le fait que votre témoignage ait paru dans la rubrique des addictions sexuelles n'est pas anodin. En effet vous souffrez d'une addiction qui s'est développée lors de votre adolescence et probablement après ces contacts avec votre cousins. Le grand problème des gens dépendants c'est la communication. Il est essentiel pour que vous puissiez vous faire aider de PARLER de ce que vous vivez. Si vous n'osez pas avec ce psy trouvez en un autre ou adressez vous à un servie d'addictologie qui vous proposera de l'aide. Mais PARLER, ne laisser pas l'addiction dévorer vos plus belles années, vos amours, votre travail... elle ne laisse que du vide alors parlez....Bonne chance
Priscille
Citer
-3 #2 wandeline 27-11-2010 00:36
Par contre avec mon père et ma cousine , rien

Alors tu intérioses cela comme une relation sexuelle normale; Plus tard, j'ai été enlevé à cette famille, suite à un signalement de mon école aux services sociaux et j'ai été élevée par une tante éloignée comme sa vraie fille.

J'ai donc découvert ce qu'était la normalité!! mais comme toi, je n'ai rien dis, trop consciente que jusqu'alors ma "vie sexuelle" n'avait pas été normale"!! j'ai donc tou compressé, en tentant deffacer sans y parvenir. JE ME DISAIS " c t juste une sexualité précoce" et en évitant de sortir avec les garçons.

Je ne veux pas me vanter , mais j'ai grandi très vite physiquement avec des formes généreuses aux bons endroits uniquement ce qui attiraient les garçons comme des mouches de ma classe comme plus ages mais j'étais trop effrayée, peur de devenir une femme horrible.
Je dissociais, celle que j'avais été "une pute" et celle que j'étais, une fille brillante à l'école et "propre". Les garçons m'énervaient car incst me rapelaient en me regardant celle que je pensais avoir été. JE ME DISAIS " c vrai, je l'avais cherché!, je le voulais, la preuve en est , j'ai EU DU PLAISIR"

DU COUP, comme pour me rapeler cette part de culpabilité, à partir de mes 5 ans jusqu'à mes 18 ans, je me masturbais quotidiennement parfois 10 fois par jour mais jamais en contact direct toujours à travers mes vetements., mais aussitot après je culpabilisais je me sentais sale !

Je suis arrivée à un stade ou je ne pouvais plus alors me dissocier de la pute que je pensais être avant.
Alors je suis allée voir une thérapeute. Elle m'a fait en effet comprendre la particularité de mon traumatisme. LE PLAISR COUPABLE DE L'enfant. ET peut importe l'âge !! c pas parce qu a 12 ans tu savais te servir de ton pénis que ca veut dire que tu es un expert en sexualité!! que tu as conscience de ce que tu fais, a 12 ans, on est un enfant.

Alors tu me diras, et mon cousin alors, il avait le meme age. OUI; c t aussi un enfant, qui devait sans doute avoir des problèmes pathologiques, sans jugement de ma part. Car oui, malheureusement les agressions sexuelles entre enfants sont malheureusement de plus en plus fréquente avec l'accès facilité à la pornographie sur internet auj.
Mais ca ne veut pas dire qu'il n'y a pas de victime!! L'autre blocage que ma thérapeute ma révélé est l'abs de contrainte physique.
QUAND on pense viol, ou agression on pense souvent brutalité physique. Or c'est une erreur de réduire à cela! Natasha KAMPUSH a elle meme expliqué qu'elle avait eu plusieurs occasions de s'echapper.
C la contrainte morale: user de son ascendance, notamment dans les agressions incestueuses de la relation affective qui vous unit pour eradiquer toute résistance " c normal tout le monde le fait" PAS SUR QUE TU LAURAIS FAIT SI UN ETRANGER TE LAVAIT DIT COMME CA!!

Les dégâts traumatiques sont plus pernicieux: on fait pas le lien entre cet évènement qu'on a dit "normal" avec notre anormalité " qu'on explique pas" mais on s'interroge quand même ; tON INCST te donne des pistes mais aussitôt ta raison te dit" non, c pas ca, ct normal car j'ai aimé ça, pas tout" TU REGARDES TON PASSE D ENFANT AVEC TON REGARD d'HOMME AVERTI; Tu as eu des conquêtes ( moi pas encore depuis!!lol!!) donc tu sais qu'on a pas tjrs du plaisir alors OUI CT NORMAL!!

EN FAIT UNE FOIS QUE L'agression a lieu, ton corps éprouve un traumatisme, il ressent de l'agressivité envers son agresseur mais ta raison te convaint que raisonnablement ton cousin ne peut pas te vouloir du mal alors tu réprime cette agressivité en TOI; cette agressivité commise à ton encontre est un meutre psychique alors pour te sauver, ton surmoi ( instance régulatrice) va retourner cette agressivité sous forme de punition: " puisque je ne peux pas me venger ni me tuer, je vais me culpabiliser" JE SUIS DONC trois personnes à la fois: LA VICTIME, LE RESPONSABLE ET LE JUGE^= j'ai subi, mais j'ai aimé, je me sens mal mais je me punis car j'ai aimé: je suis responsable mais je suis coupable.

Ta sexualité débridée, ta toxicomanie ( que tu es en traien de traiter, bravo) sont autant de symptômes très rencontrés chez les victimes d'inceste. Tu culpabilises et donc tu cherches des soupapes pour evacuer cette rage interne, tu te drogue, tu couches pour le sexe. Souvent, on cherche à se sentir vide de sentiment, car ceux son justement nos semtiments envers nos agresseurs qui nous ont trahi!! Mais en fait , on coule en faisant ça.
VOILA JE PENSE QUE C SUFFISANT !! Moi aussi je suis amatrice de roman!!lol
ALORS POUR FINIR ENCORE BRAVO BATS TOI POUR VIVRE ET TU VERRAS TA BOUEE TE MENERAS A LA VIE; TU n'oublieras jamais ce naufrage mais tu vivras.
bisous:D
Citer
-3 #1 wandeline 27-11-2010 00:34
Coucou!!
Je viens juste de lire ton roman!! lol! Tu dis dans ton message que tu ne diras ton histoire à personne. C'est justement le double emploi de ce forum. On peut avoir la sensation de ne pas "se trahir" tout en se confiant et en évacuant ainsi ses souffrances. Tu n'en as pas cs pour le moment mais ce ROMAN de ta vie que tu nous confie est un premier pas important dans la poursuite heureuse de ta vie.
Mon discours peut paraître très sage et moralisateur. Mais je ne suis qu'une jeune femme de 21 ans.
Malheureusement /heureusement les victimes d'un même agression ne manifestent pas les mêmes symptômes. Certaines coulent à leur insu vers la mort et d'autres remontent vers la vie. Et la différence est bien là. Certains ont la bouée de sauvetage, autrement dit le soutien d'un entourage qui les nourrit d'un lien affectif, et d'autres n'ont rien et coulent . Certains même se débattent violemment pour nager sans savoir, vers la rive, seulS.
C'est pourquoi je te félicite d'avoir "nagé vers ce forum"!! Bon soyons moins lyrique!!
Nos histoires ont de similaires un point important qui a généré chez nous deux un symptôme post traumatique très connu dans ce type d'agression. OUI CAR C EST UNE AGRESSION ; je reviendrais la dessus.
Pour ma part, j'ai été VIOLEE par mon père, un cousin et une cousine. J'avais cinq ans et mes cousins 15 ( garçon) et une vingtaine d'années pour la fille. Ces trois actes, car ça c'est passe trois fois ( seulement!!lol) étaient séparés.
La stratégie était identique car tout pervers ( j'insiste sur ce terme au sens pathologique) a un plan, même peu élaboré, était celui du jeu: me faire croire que c'est un jeu ou que ca fait partie du jeu.
Résultat; mon père me sodomise, mon cousin me sodomise et m'éjacule dans la bouche et ma cousine se frotte son clito contre le mien jusqu'à l'orgasme.
notre point commun apparaît ici: le plaisir coupable. Car avec mon cousin, avant de me pénétrer, il a pris le temps de frotter son sexe contre mon clitoris provocant mon premier orgasme . Par conséquent, ca donne l'impression et je te le dis, même à 5 ans, que la relation bien que semblant anormale, est équitable !!! j'ai eu du plaisir et lui aussu dinc c ok.


suite.....
Citer

Ajouter un Commentaire