Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

#MeToo, Schiappa, Barbarin... récapitulatif octobre 2017

#MeToo,, Barbarin, Schiappa, nouveau projet de loi... après une rentrée particulièrement intense pour la cause des enfants, tout ce que vous devez retenir de ce mois d'octobre 2017.

#MeToo, #moiaussi manifestation sur les réseaux sociaux et dans les rues

Le mouvement #MeToo a démarré sur Twitter et Facebook. Nous nous y sommes associés avec le visuel très simple comportant simplement les mots Inceste #MeToo.

Cette campagne a rencontré un écho très fort grâce aux courage des survivants et survivantes de l'inceste qui ont osé en parler publiquement, pour certains c'était la première fois. Il est infiniment plus difficile de parler de l'inceste que de harcèlement ou d'agression sexuelle car l'inceste fait peur, déchire les familles et reste tabou.

Les rectours sont mitigés. Certaines militantes nous ont dit qu'elles n'ont rencontré qu'un silence gêné en guise de réponse. D'autres n'ont pas pu franchir le pas. D'autres ont reçu des messages d'encouragement, de félicitation et de soutien (après des réactions initiales de dégoût, de surprise, d'horreur). Il reste difficile de parler de la pédo-criminalité, mais cette campagne montre un vrai tournant dans l'opinion publique. Non seulement la parole se libère, mais il y a de plus en plus de gens disposés à l'écouter.

Manifestations à venir dimanche 29 octobre dans les grandes villes françaises

La campagne #MeToo ne se passe pas uniquement sur les réseaux sociaux mais aussi dimanche 29 septembre après-midi dans toutes les grandes villes françaises. La liste des manifestations se trouve sur notre page Facebook ainsi que sur le Huffington Post.

Un nouveau projet de loi porté par Marlène Schiappa et Nicole Belloubet

La ministre de la justice et la secrétaire d'État à l'égalité des femmes et des hommes nous ont invité avec d'autres associations au théâtre Antoine pour annoncer la préparation d'un nouveau projet de loi sur les violences sexuelles. Des avancées sont a prévoir sur la prescription et la notion de consentement, et le dialogue est ouvert durant la période de concertation qui commence. Nous n'avons pas manqué de les interpeller sur l'inceste dont la gravité reste largement sous-estimée voire niée, autant du gouvernement que des professionnels (enfance, santé, justice) et de la société toute entière. Dans son discours de vingt-cinq minutes, Marlène Schiappa n'a pas prononcé une seule fois le mot "inceste". Est-ce qu'il reste tabou même chez une personne dont la détermination à lutter contre les violences sexuelles ne fait pourtant aucun doute ?

Quoi qu'il en soit, nous sommes mobilisés de puis longtemps sur ces questions, comme on peut le voir en relisant notre lettre ouverte à la ministre de la Justice envoyée bien avant l'annonce de ce nouveau projet de loi.

Plus que 4 jours: notre sondage express sur le "consentement" des mineurs

L'AIVI a été invité par la député Nathalie Elimas à informer les députés de la commission des lois qui préparent donc une future loi sur les violences sexuelles.

Afin de nous aider, il vous reste 4 jours jusqu'au dimanche 29 octobre pour remplir notre sondage express sur la notion de consentement. Un enfant peut-il consentir à l'inceste ? Ou à des relations sexuelles avec un adulte extérieur à sa famille ? Merci aux centaines de personnes qui ont déjà répondu. Plus nous serons nombreux plus notre voix aura de poids auprès des députés.  

Le cardinal Barbarin devant la justice française

Toutes nos félicitations à nos amis de La Parole Libéré qui accomplissent un travail formidable pour obliger l'Église à prendre ses responsabilités et prendre des mesures visant à protéger véritablement les enfants et mettent fin à l'impunité pour les agresseurs.

Participez à une nouvelle étude scientifique sur l'impact des groupes de parole pour les survivants de l'inceste et de la pédo-criminalité

L'AIVI participe depuis sa création à la recherche scientifique sur le sujet des violences faites aux enfants, et des thérapies pour les personnes victimes de traumatismes durant l'enfance. C'est dans ce cadre qu'en collaboration avec l'Université d’Aix-Marseille, nous vous invitons à participer à une nouvelle étude scientifique.

Le manifeste "Stop à l'impunité" de Muriel Salmona

Les mesures proposées par la docteure Muriel Salmona dans son manifeste Stop à l'impunité ! recoupent pour l'essentiel celles du manifeste AIVI de 2004: imprescriptibilité, recueil de la parole des victimes, dépistage et prévention, formation des professionnels... Par conséquent, l'AIVI est co-signataire de ce manifeste que nous soutenons sans réserve (à une exception: nous demandons à que les mineurs soient protégés contre le viol jusqu'à 18 ans et non 15). Il a été remis au gouvernement: souhaitons qu'il reçoive bon accueil !

De nombreuses adhésions

Nous souhaitons la bienvenue à toutes les personnes qui ont rejoint l'association ces dernières semaines, à la faveur de l'actualité qui a mis en lumière des sujets que nous défendons depuis longtemps: tolérance zéro pour les violences sexuelles sur mineurs, imprescriptibilité, nouvelle définition du viol et de l'inceste dans la loi pour mettre fin à la présomption de consentement, recueil de la parole des victimes, solidarité de la société avec les survivants plutôt qu'avec les agresseurs. Les personnes qui nous ont rejoint tout récemment sont invitées à lire l'article 16 manières d'aider l'AIVI car nous comptons sur la participation de chacune et chacun d'entre vous.

Plus que jamais, restons uni(e)s et mobilisé(e)s pour protéger nos enfants et donnons-nous la parole ! 

Connectez-vous pour poster un commentaire